Sourire et décadence

La gaieté londonienne reste un mystère. La brique sombre ternit chaque rue, les façades — tantôt sévères, tantôt alambiquées — nous toisent de haut, les pignons abrupts et les toitures noires se taisent sur notre passage.



Pourtant, passé tel monument gothique ou telle institution séculaire, le sourire fantasque et inattendu de la ville traine un air aussi décalé que mutin, la rue sourit et le regard soupire. Est-ce le seul soleil qui chasse ainsi la décadence urbaine ?